Incendie mortel 1806

bandeau-incendie.jpg

Nous Jean-Marie VOLORGE , Maire de la commune de Saint-Hilaire-sous-Charlieu et remplissant les fonctions d’officier public de la dite commune venant d’être instruit par la voix publique que le feu se serait mis dans l’habitation du dit Philibert GRILLET, propriétaire demeurant à Saint-Hilaire sur environ les 6 heures du soir et que l’épouse du GRILLET, nommée DURILLON Claudine, âgée de 50 ans aurait l’imprudence d’entrer dans sa dite maison pour pouvoir retirer le peu de nippes, hardes, linge et argent qu’ils pouvaient avoir dans sa maison et que malheureusement elle se trouvait victime de l’incendie en y perdant la vie, avait été entièrement brûlée et dévorée par les flammes de cet incendie, au point qu’elle n’ait laissé des preuves de son imprudence, que des ossements, nous maire susdit et remplissant les fonctions d’officier public de la dite commune de Saint-Hilaire, je me suis transporté sur les lieux à l’effet de me convaincre de ce triste évènement en étant assuré à l’heure de 7 heures, j’ai trouvé les susdits Jean-Marie MARCHAND, Charles BUSSIERE, Nicolas MONTET et Cézard DURANTET, tous domiciliés en la dite commune qui étaient venus pour prêter secours et empêcher l’effet funeste de cet incendie qui nous ont dit et rapporté que la femme GAILLET a eu le malheur de vouloir rentrer dans son domicile dans l’intention de sauver quelques effets des flammes qui incendiaient sa maison et que son grand zèle l’avait rendue victime au point d’y perdre la vie et qu’il n’était resté pour conviction de sa mort que ses ossements qui avaient même été calcinés par les flammes du feu, ce qui nous a été alerté par les susdits dénommés et que nous avons vérifié par nous-mêmes par l’inspection des ossements brûlés, dont et de tout quoi nous avons rédigé ce présent procès-verbal sur les registres des actes mortuaires de la dite commune de Saint-Hilaire pour constater le décès de la dite femme GRILLET.
J’ai signé avec Charles BUISSIERE, Nicolas MONTET et non les susdits Jean-Marie MARCHAND et Cézard DURANTET pour ne savoir le faire ainsi qu’ils l’ont déclaré de ce enquis à Saint-Hilaire le 16 juin 1806 sur les 8 heures du soir.